Le ‘Ticket restaurant’, un avantage de bon goût

Le titre restaurant est un moyen de paiement, utilisé pour régler les repas, dans un point de vente spécialisé (restaurant, boulangerie, magasins alimentaires). Il est proposé, par une entreprise à ces salariés et a une vocation sociale. Il permet au salarié de faire des économies. Le titre restaurant, porte un nom commercial différent, selon l’organisme émetteur : chèque restaurant, chèque déjeuner, chèque de table, le plus connu étant le fameux « ticket restaurant ». Si tout le monde ou presque en a déjà dépensé, combien de consommateurs connaissent son utilisation légale? Voici quelques petites précisions.

 

Pourquoi et pour qui?

La plupart des sociétés, ne bénéficient pas d’un restaurant d’entreprise. Aussi, les employeurs proposent le titre restaurant, comme un avantage social, couvrant totalement ou en partie, la dépense engendrée par la prise de repas, lors d‘une journée de travail. Ils sont nominatifs, ce qui signifie que vous êtes le seul à pouvoir en bénéficier.

Sachez que l’employeur n’a aucune obligation légale de fournir des tickets, surtout s’il existe déjà une cantine ou une prime déjeuner.

 

Naissance d’un titre restaurant.

Un employeur bénéficiera d’avantages fiscaux liés à la mise à disposition de tickets. Ce dernier, doit tout de même participer de 50 à 60%. L’employé donc, participera à hauteur de 40 à 50% (d‘un point de vue comptable, la moitié du ticket est offerte, au minimum). Il n‘est pas imposable. Cependant, un salarié a droit à un ticket, un seul, pour chaque jour travaillé. S’il n’est pas présent, quelle qu’en soit la raison, il peut en être privé.

 

Où utiliser ses tickets?

Vos titres restaurant ne sont utilisables que chez les commerçants proposant des produits alimentaires, à consommation immédiate ou rapide : un restaurant, un fast food, une épicerie, une boulangerie, etc. Vous ne pouvez pas dépenser vos tickets dans une grande surface, à moins d’y acheter un produit alimentaire que vous mangerez rapidement : fruits, légumes, plats cuisinés pour un déjeuner. Ils ne sont pas valables, pour acheter de l’alcool, ou tout autre bien matériel (vêtements, magasines, ustensiles, etc).

Les titres doivent être utilisés localement, dans la région où vous travaillez. Cependant, il est bien improbable que, qui que ce soit contrôle le lieu géographique de dépense.

 

L’utilisation

Légalement, vous ne pouvez pas, vous servir de votre titre restaurant, en dehors des jours de travail. Ils ne sont valables que lors des journées de travail. Hors, dans la vie de tous les jours, de nombreux commerçants les acceptent en toutes circonstances.

Attention, notez qu’un commerçant a également le droit de refuser un ticket. Ils n’ont pas d’obligation légale d’acceptation. De plus, ils n’ont l’obligation de rendre la monnaie.

Normalement, le salarié n’est pas censé dépenser plus, qu’un unique ticket, par prestation alimentaire. Vous ne pouvez donc pas légalement utiliser plusieurs tickets, voire votre carnet entier en une fois. Cependant, dans la pratique, le salarié et les restaurateurs ne sont pas regardant, quant au nombre de titres dépensés.

Vos tickets doivent être utilisés en temps, ils ont une « date de péremption », jusqu’à la fin de l’année en cours, voire jusqu’au 31 janvier de l’année suivante.

 

Les titres restaurant sont donc, un bon avantage, une petite somme d’argent supplémentaire pour un repas et in fine, un moyen d’augmenter le pouvoir d’achat. Le titre restaurant n’est pas soumis à l’impôt sur le revenu ou aux charges sociales. Il vous bénéficie pleinement. C’est là, le moyen pour éviter un sandwich quotidien, l’occasion d’apprécier un repas classique (la formule du midi entre autre) et de lutter contre la malbouffe. Il est aussi plus agréable et relaxant de prendre un repas assis et couper avec l’atmosphère de travail. Pour les plus modestes, c’est le moyen de financer une sortie resto, au coût final réduit.