Quelques conseils pour faire des économies en voyage

Un voyage engage des frais de transport et d’hôtellerie. Il s’agit des dépenses quasi-irréductibles. Mais il s’agit aussi, d’une multitude de dépenses, plus ou moins élevées, sur place : musées, restaurants, glaces et autres. L’ensemble de ces coûts, peuvent être réduits et alléger votre budget final. Voici quelques conseils.

 

La carte étudiant ou sénior.

Comme un peu partout, vous pourrez bénéficier d’avantages, au niveau des transports ou des visites (ou sur rien du tout). Ne vous attendez pas toujours non plus, à une grosse réduction ou une gratuité. Sachez qu’il est possible, que votre carte ne soit pas acceptée, pour des raisons inconnues. Les individus, ici ou ailleurs, sont plus ou moins conciliants…Alors faites un sourire en présentant votre carte, on ne sait jamais.

 

Le pass familial.

Il s’agit d’un pass qui propose un prix de groupe pour 2 adultes et 2 ou 3 enfants. C’est avantageux, mais il n’est pas proposé partout…

 

Navette contre taxi.

Si vous êtes seul ou en couple, prendre la navette aéroportuaire, vous coûtera beaucoup moins cher qu’un taxi. Si vous devez revenir dans ce même aéroport pour votre vol retour, demandez un ticket aller-retour (return ticket), plus avantageux.

Si vous êtes 4, vous pourrez partager les frais de taxi, cela peut devenir alors intéressant.

 

Les « Pass touristes ».

Si vous avez déjà planifié votre parcours sur place, il est pertinent de prendre une carte de transport de X jours, plutôt que des payer les trajets, à chaque fois. Certaines villes proposent des tickets transports + musées, incluant, l’utilisation du réseau de transport et la gratuité de certains musées. Faites vos calculs, car ces cartes ne sont pas données en général.

 

Ciblez les transports gratuits.

Mieux que la carte de transport, le transport gratuit. Selon les villes, vous aurez la chance d’utiliser une ligne gratuite et ouverte à tous (en général, elle est faite pour les touristes). Il s’agit d’un bon moyen pour gagner un temps précieux et vous ménager. Demandez à l’office de tourisme local.

 

Marchez au lieu de prendre les transports.

Ca ne s‘invente pas, celui qui marche ne paie pas. Estimez les distances entre votre hébergement, afin de déterminer ce que vous pouvez faire à pied. Quelle est votre distance maximale de marche par jour? Consultez un plan (avec une échelle précise) sur internet, au préalable.

 

Limitez les excursions organisées.

Les excursions guidées peuvent s’avérer inoubliables, tout comme une arnaque de bas étage. Alors, le mieux est d’être curieux, de vous renseigner sur un site ou un monument (appuyez-vous sur les encyclopédies gratuites sur internet). Au pire, faites un tirage papier, pour emmener ces informations avec vous et prenez la documentation sur place. Serez-vous capable d’être votre propre guide et au passage, de progresser culturellement, par vous-même?

 

Certains sites sont éloignés du centre-ville. Avant de payer pour une excursion organisée, renseignez-vous s’il y a un moyen d’accès (bus, tram, métro régulier?) au site choisi. Vous paierez bien moins cher et vous pourrez rester plus longtemps, sur place. Malgré tout, un guide, de par ses connaissances, peut tout de même apporter un « plus»  à la visite. A vous de décider, à moins que se soit votre porte-monnaie qui choisisse pour vous…

 

Brochures touristiques à coupons.

Votre trouverez parfois à l’arrivée à l’aéroport ou dans les offices de tourisme des fascicules gratuits, avec des coupons de réduction (entre 3 pages de pub), sur des visites ou hôtels. Emportez-les avec vous.

 

Musées et sites gratuits.

Renseignez-vous sur la gratuité de certains musées ou sites (guides papier, internet, office de tourisme). A intérêt égal, privilégiez une visite gratuite. Ne soyez pas non plus ridicule, si vous aimez les belles peintures, payez le musée des beaux arts, plutôt qu’une visite gratuite au musée d’art contemporain.

Certaines villes proposent des opérations culturelles avec l’accès gratuit aux sites et musées (nuit des musées, 1e dimanche du mois, journées du patrimoine). Renseignez-vous.

 

Limitez ou ignorez les services de l’hôtel.

La solution de facilité consiste à appeler la réception et commander. Oui, mais voilà, l’addition risque être salée. Alors, ne pas touchez pas au mini bar, prenez un verre à l’extérieur. Si vous avez un petit frigo dans votre chambre, faites les courses et stockez-y vos boissons, achetées au supermarché.

 

Petit déjeuner par soi-même.

Portez votre petit déjeuner (gâteau, pack de jus d’orange) si l’hôtel pratique des tarifs abusifs. Une autre formule sympa consiste, à vous déplacer dans un café, prendre le petit-déjeuner, parmi les locaux. Moins cher et plus convivial.

 

Bars et restaurants.

Il faudra trouver le juste milieu. Allez, prenez une bonne bière fraîche en fin de journée, au lieu de l’eau chaude du sac à dos. Faites-vous un restaurant, avec dégustations de produits locaux. Jetez quand même un coup d’œil à la carte avant d’entrer. Faites-vous un peu plaisir mais de façon modérée, ne dépassez pas votre budget repas préétabli.

 

Pas de portable en voyage.

Libérez-vous de votre sempiternel portable. C’est les vacances! Sachez que les communications sont très élevées. Selon les opérateurs, vous paierez, même si quelqu’un vous appelle ou vous ferez payer votre correspondant (même si c’est vous qui appelez). Très souvent, l’achat d’une carte téléphonique et l’utilisation d’une cabine publique s’avèrent bien plus économiques.

 

Chaque voyage comporte des coûts fixes, comme le transport et l’hôtellerie mais également des coûts variables sur lesquels vous pouvez influer. Voyez avec ces idées, quels types de dépenses peuvent être éliminées ou diminuées, selon vos goûts et vos envies. Ne vous privez pas non plus outre mesure, car il s’agit de vos vacances, elles ne doivent pas non plus être synonymes de frustrations et d‘inconfort.